Le Blog - biennaledeladanse.com

Le jardin des délices

Publié le 1 oct.. 2010
, par Alexandre Minel
| Aucun commentaire

La luxuriance a fait faux bond au jardin Gardenia. Il n’y traine plus que quelques chaises blafardes, sur lesquelles des hommes et des femmes aussi jeunes soient-ils s’assoient lourdement. Les mines sombres se morfondent dans de sévères costumes noirâtres. Les voix masculines et usées claironnent bassement Over the rainbow. Et maintenant, où encore trouver un soupçon de couleurs et d’espoir ? Gardenia retient son souffle avant de baisser à jamais son rideau de fer… Et si, juste avant, pour une toute dernière fois, le spectacle recommençait ?

A vingt-cinq ou à soixante ans, on peut tous prétendre à être Forever young. Qu’est ce qu’être jeune finalement ? Avoir un corps d’éphèbe et toute la vie devant soi ? Atteindre l’âge des séniors et protéger dans ses yeux la lueur des rêves ? Ne pas se confronter à la réalité et au temps qui passe, passe, passe ? Ou vouloir justement échapper à son destin ? Ils sont neuf à cohabiter sur la désuète scène de Gardenia. Ils ont tous des aspirations différentes et des expériences parfois douloureuses… Est-il encore raisonnable de tout donner pour un dernier spectacle ? Ils se déshabillent, se rhabillent…  Ils hésitent, ils trépassent presque… Jusqu’à la mélodie tournoyante du Boléro. Enjoués, ils se réunissent tous autour d’une table garnie à profusion de perruques et maquillage, avant d’enfiler des robes scintillantes, colorées, courtes, longues… Liza ou Marilyn, soyez les bienvenues…  La scène brille de mille feux et voyage à Rio avec Cloclo ou en Italie avec Gigi…

Sous les strass pastiches, les émotions battent. Souvent, ces héros s’immobilisent dans des poses abracadabrantesques, bras levés, sourires figés, yeux écarquillés. Vanessa Van Durme déblatère des blagues d’une extrême vulgarité. Certains rient à trop grands éclats dans la salle. D’autres sentent leurs peaux frissonner. Sous cette mascarade théâtrale se confessent tous ces personnages, engagés voire égarés dans de sinueux chemins entre mélancolie et joie. Ces personnages ne sont peut être pas si fictifs que supposé. Madame Van Durme a directement sollicité six travestis retraités pour incarner les attachants héros de Gardenia. Encore ce soir et demain 20h30, ils sont sur la scène du Toboggan à Décines, avant une longue tournée en Europe.

Photo: Michel Cavalca


Laissez votre commentaire

Retour au site de la Biennale de la Danse Rejoignez-nous sur Facebook Abonnez-vous au flux rss