Le Blog - biennaledeladanse.com

L’Apocalypse selon Preljocaj

Publié le 23 sept.. 2010
, par Alexandre Minel
| 5 commentaires

Au programme du Théâtre du Bolchoï ce soir, pour une énième fois : Le Lac des Cygnes et les très belles pointes d’Odette. La scène moscovite sait toutefois susciter la surprise et l’excitation. La semaine dernière, le ballet classique s’est éclipsé face à la nouvelle création d’Angelin Preljocaj, Suivront mille ans de calme. Le tout en soirée d’ouverture de saison.

Le Bolchoï, au même titre que son éternel rival Marinsky, est une véritable institution. Même dans le théâtre provisoire, la salle historique étant en travaux jusqu’en 2011, ne peut y accéder qui veut. Difficile en effet de trouver de belles places en-deçà d’une centaine d’euros. Et c’est logiquement l’ensemble du gratin russe qui s’est donné rendez-vous ce soir-là au Bolchoï, dans une ambiance clinquante. Dans le hall et les salons discutent entre eux des députés de la Douma et des oligarques. Et au milieu, des femmes dont Naomie Campbell, toutes resplendissantes avec de vertigineux talons et de splendides robes de couturier. Enfin, chacun regagne sa place et se tait. La musique entame ses premières notes. Pas d’orchestre ce soir mais place à la house progressive de Laurent Garnier…

Angelin Preljocaj avoue avoir eu quelques inquiétudes. Difficile en effet d’anticiper la réaction de plus de mille cinq cents spectateurs peu ou pas sensibilisés à la danse contemporaine. Parfois, le public a clairement été surpris voire déconcerté par certains tableaux. Néanmoins, aucune horde de spectateurs n’a quitté prématurément la salle. A la fin de la pièce, le public ne donne pas davantage d’indicateurs, n’hurlant pas de bravos et ne sifflant pas non plus. Dès le lendemain les nouvelles de la presse rassurent. Les critiques de ballets classiques demeurent bien sûr sceptiques ; et d’autres journalistes s’enthousiasment tout simplement de cet électrochoc au Bolchoï.

Le sujet même de la pièce avait de quoi potentiellement choquer. Suivront mille ans de calme puise sa genèse dans l’Apocalypse de Saint Jean. Preljocaj chorégraphie les impressions que lui inspire le monde actuel, à la lecture de ce texte biblique. Des chaînes, des anges ensanglantés, des costumes en cellophane mais aussi deux doux agneaux vivants façonnent une précieuse esthétique propre au chorégraphe. Côté danse, la technique rigoureuse des dix danseurs du Bolchoï et des dix danseurs du Ballet Preljocaj flirte avec la perfection. Les symboles s’invitent tout au long de la pièce. Parmi les scènes marquantes, celle de la « lessive ». Dans des éviers sont lavés les drapeaux entachés de douleurs de plusieurs nations. D’ailleurs, Preljocaj présente à Lyon une version inédite de Suivront mille ans de calme. En effet, suite aux recommandations de quelques Russes, le drapeau russe avait été retiré de la scène des étendards. Il sera intégré chez nous, au côté de celui de la France, pour lequel le chorégraphe n’a reçu aucun conseil…

A découvrir du vendredi 24 au lundi 27 septembre, à l’Amphithéâtre de la Cité Internationale

 

Photos: JC Carbonne

    

 

Photo ci-dessous: Preljocaj à Lyon, le 23 septembre 2010

 

 


  • Le 24 sept.. 2010 23:11 par AnaM
    La musique est laide, les costumes sont laids et la chorégraphie est laide, sans charme et sans émotion !

    un pur ennui
  • Le 27 sept.. 2010 16:52 par Jjo
    J'ai vraiment été très décue,je me faisais une telle joie d'assister à ce nouveau spectacle de Préljocaj, les danseurs lèvent la jambe bien haut mais le thème m'a complètement échappé, j'ai vu des séquences de bagarre de rue, de viol, de lessive avec des drapeaux mouillés ...quant à la scène "je danse avec ma chaise" dessus, dessous, devant, derrière... Pitié!!!Chorégraphie sans surprise, (si ce n'est au début)répétitive et soporifique!!!A la fin,ma voisine (d'un âge certain) s'est levée en disant sur un ton conciliant "tout n'est pas négatif!!!" c'est sûr!
  • Le 27 sept.. 2010 20:17 par Chloé
    La chose qui m'ait un peu déçu c'est la première musique un peu trop longue! Mais autrement j'ai passé un moment très agréables! Pleins de symboles peut être de mauvaises interprétations de ma part mais le principal reste le plaisir de voir les deux compagnies danser de belles chorégraphies.

    Par rapport au message précédent (dont je respect l'avis) je me permettrai juste de savoir si cette personne sait vraiment ce qu'est l'Apocalypse et qu'elles en sont les causes..

    Moi j'ai eu l'impression d'avoir le tableau de J. Bosch devant moi: le Jardin des Délices.
  • Le 28 sept.. 2010 11:11 par ii
    Moi aussi j'ai été déçu par ce spectacle. D'accord avec Jjo que les danseurs sont au top de la préparation mais la chorégraphie est très plate, sans surprises. Quelques moment forts (notamment le début) mais l'impression générale bien décevante...
    Petit à petit je commence à me dire que la programmation de la Salle 3000 ne vaut pas le détour..
  • Le 29 sept.. 2010 23:25 par Sarah.O
    j'ai trouvé que le début était magnifique, du grand art.
    D'une beauté et d'une sensibilité incroyable . Par contre le passage des chaises...Ce doit être une moquerie a prendre au 2éme degré tellement on l'a vu et revu. Le spectacle perd de sa force a ce moment là, un long moment a vide.Et puis cela redémarre. Il y a beaucoup de références à la peinture, à l'Histoire ect. J'ai beaucoup aimé !

Laissez votre commentaire

Retour au site de la Biennale de la Danse Rejoignez-nous sur Facebook Abonnez-vous au flux rss